Notre liberté!

Liberté de la presse,
notre liberté.

liberte_presse.jpg

   Aujourd’hui encore, la liberté  de la presse est mise à mal. En 1998, on avait pu  compter 19 décès de journalistes, et déjà en 2000, trente-deux journalistes avaient été tués dans l'exercice  de leur métier .Cette montée est due à l’émergence de nouveaux "prédateurs" de la liberté de la presse. Ceux-ci sont aussi bien présidents, ministres, procureurs généraux que leaders de groupes armés. Ils ont le pouvoir de faire emprisonner, enlever, torturer et de faire assassiner des journalistes .Lorsqu’on dresse le palmarès des prédateurs de la presse, on fait un tour du monde : Afghanistan, Angola, Birmanie, Burkina Faso, Cuba, Irak, Congo, Tunisie, Turquie…, près du tiers de la population mondiale vit dans un pays où il n’existe aucune liberté de la presse .

     Les deux grands ressorts de la répression sont la confiscation de l’information par le pouvoir et la légitimation de la répression par des lois liberticides.

L’impunité des assassins de journalistes et la liberté de diffusion de la presse sont les défis que les organisations de défense de la presse doivent relever. Des organisations telles que  Reporters Sans Frontières se battent chaque année pour la défense du droit ˆ l’information dans le monde, ainsi la journée Internationale de la liberté de la presse est célébrée tous les ans le 3 mai , pour ne pas oublier que l’on meurt encore pour des mots .

      L’Internet, qui a contribué à l’instauration et  au renforcement de la démocratie, est devenu  un enjeu considérable pour la liberté d’expression. Mais il suscite de fait le contrôle et la censure, dans plusieurs pays du monde

       

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×