La liberté avec la littérature

Beaudelaire a dit:"Les contraintes sont souvent fécondes et produisent des merveilles. Certains poètes les multiplient." Il imposera ainsi tout un poème sur deux rimes seulement, comme dans "Harmonie du soir". A la fin du XIXe siècle, à la suite de Rimbaud, les poètes vont s'adonner au "vers libres".

L'illustration la plus connues est celle d'Apollinaire dans son receuil Alcools paru en 1913, mais avant lui, Verhaeren ou Rimbaud s'y étaient éssayés. On continue cependant à reconnaître les rythmes et sonorités, et surtout les images, même chez les surréalistes. Mallarmé avait déjà pratiqué la liberté de la césure et parlé du nouveau phénomène poétique de la fin du XIXe siècle dans sa conférence Crise de Vers

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×